Un premier trimestre 2019 contrasté pour le neuf en Gironde
Article rédigé par Thierry GIRONDE pour le journal "Sud Ouest"
Date de parution : 27/06/2019

Promotion. Les ventes restent dynamiques mais la raréfaction de l’offre nouvelle devient inquiétante. Les prix déjà élevés poursuivent leur ascension.

 

Si l’on en croit les derniers chiffres collectés par la société Adéquation pour le compte de l’Observatoire immobilier du Sud-Ouest (OISO), ce sont près de 1 300 ventes de logements neufs qui ont été recensées sur l’ensemble du département au cours des trois premiers mois de 2019, soit 11,5 % de plus qu’au premier trimestre 2018. De même, le volume des ventes se maintient à un niveau élevé dans l’agglomération bordelaise avec un total de 1 125 transactions ce premier trimestre contre 900 il y a un an. La dynamique est également soutenue dans Bordeaux intra-muros avec environ 280 ventes dénombrées lors des trois premiers mois de l’année (c’était seulement 226 transactions un an plus tôt). Seul le Bassin d’Arcachon affiche des performances en retrait avec un bilan trimestriel d’à peine 75 ventes contre 160 pour le premier trimestre 2018. Mais globalement, le département séduit toujours autant les investisseurs et les accédants. D’ailleurs, les premiers réalisent encore 58 % des transactions départementales dans le neuf ce trimestre, 57 % sur l’agglomération bordelaise et encore 41 % des ventes dans Bordeaux malgré des prix particulièrement élevés. Parallèlement, les propriétaires occupants ont accru leur part de marché de 4,5 points en un an sur l’ensemble du département, de 13 points dans Bordeaux Métropole et absorbent 52 % du marché sur le Bassin d’Arcachon.

Déficit d’opérations

Mais le dynamisme général des transactions ne saurait masquer l’effondrement des mises en vente dans tous les secteurs. Ce trimestre, l’offre nouvelle concerne seulement 860 logements en Gironde, soit moitié moins qu’au cours des trois premiers mois de 2018. Le même phénomène peut être observé dans l’agglomération bordelaise avec à peine 730 mises en vente recensées ce trimestre, contre plus de 1 500 il y a un an. Dans Bordeaux intra-muros, l’offre nouvelle plafonne autour des 277 lots (c’était 411 pour le premier trimestre 2018). La dégringolade est encore plus nette du côté du Bassin d’Arcachon : 51 mises en vente début 2019 contre 195 un an plus tôt. « Les difficultés d’accès au foncier dans l’agglomération bordelaise et la période pré-électorale ne favorisent pas franchement la sortie de nouveaux programmes ambitieux qui permettraient une meilleure alimentation du marché », résume Pierre Vital, Président de l’OISO. « Nous sommes ainsi retombés à 9 mois de stock sur l’ensemble du département, un seuil caractéristique d’un marché qui recommence à se tendre. De plus, cette raréfaction de l’offre nouvelle contribue à entretenir l’inflation. »

Pas de répit pour les prix

Malgré des niveaux déjà conséquents, les prix moyens continuent leur progression. Au niveau départemental, ils ont augmenté à l’offre de 40 €/m2 en un trimestre pour s’établir désormais autour des 4 135 €/m2. Et si les tarifs à la vente restent relativement stables dans l’agglomération bordelaise (aux environs des 4 050 €/m2), ils continuent de grimper à l’offre et gagnent 46 €/m2 en un trimestre. Dans Bordeaux intra-boulevards, le tarif moyen d’un logement neuf atteint dorénavant les 4 846 €/m2 à la vente (+150 €/m2 en 3 mois). Pas de répit non plus sur le Bassin d’Arcachon où les valeurs moyennes avoisinent les 4 884 €/m2. Dans la ville d’Arcachon, le prix moyen d’un logement neuf flirte désormais avec la barre des 6 600 €/m2 (parking inclus, tout de même). « Dans les mois à venir, il faudra suivre attentivement l’évolution de l’offre nouvelle et celle des taux d’intérêt », reprend Pierre Vital. « Une décongestion de l’offre permettrait d’obtenir un marché plus équilibré et d’enrayer la spirale inflationniste actuelle. Et la remontée éventuelle des taux d’intérêt se traduirait par une désolvabilisation définitive de nombreux candidats à l’accession et donc, par un recul de l’activité. »

Copyright ©
OISO