Lots à bâtir : le marché s’essouffle sur Pau
Article rédigé par Thierry GIRONDE pour le journal "Sud Ouest"
Date de parution : 06/06/2019

Foncier. Ventes et mises en vente reculent sensiblement en 2018. L’activité se concentre dans la périphérie de Pau et les franges proches de l’autoroute. Les prix moyens sont orientés à la baisse.

 

L’année 2018 consacre un tassement de l’activité des terrains à bâtir (secteur aménagé) sur la communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées. Ainsi, selon le dernier bilan réalisé par la société Adéquation pour le compte de l’Observatoire immobilier du Sud-Ouest (OISO), le nombre de ventes de parcelles recensées l’an passé dans le secteur a chuté de 21 % par rapport à 2017. Elles plafonnent désormais autour des 146 unités (contre 183 transactions un an plus tôt). Ce tassement notable des ventes découle en particulier d’une moindre alimentation du marché au cours des douze mois écoulés. En effet, on dénombre à peine 175 lots nouvellement mis sur le marché en 2018, soit un repli de 16 % par rapport à l’année précédente. L’offre commerciale totale englobe 239 parcelles à fin 2018. Elle régresse légèrement de 4 % en un an. Le marché local dispose désormais de 20 mois de stock (c’était 16 mois en 2017).

Activité concentrée autour de l’A 64

L’an passé, l’activité s’est plutôt concentrée en périphérie de Pau ainsi que sur les franges du périmètre bénéficiant de la proximité de l’autoroute A 64. Les communes de Serres-Castet, Morlaas et Andoins ont absorbé chacune plus de 10 % du marché. Les transactions ont été relativement dynamiques du côté d’Uzein, de Lons, de Bordes, de Mirepeix et de Nay, secteurs qui concentrent chacun entre 4 et 10 % de l’activité enregistrée en 2018 sur l’ensemble de l’agglomération. Par ailleurs, les villes d’Arbus, Artiguelouve, Gan, Idron, et aussi Pontacq arrivent à capter entre 2 et 4 % de l’activité observée sur le périmètre étudié. La répartition géographique de l’offre apparaît sensiblement différente. Elle s’avère fortement concentrée aux marges de l’agglomération paloise. Ainsi, les communes de Gan et de Coarraze se taillent la part du lion, car elles hébergent chacune plus de 10 % des terrains disponibles en 2018. Un autre segment de marché concerne les secteurs concentrant de 5 à 10 % de l’offre. Il englobe plus précisément les villes de Montardon, Serres-Castet et Sauvagnon aux franges Nord de l’agglomération paloise et celles de Bénéjacq, Beuste et Bordes au Sud. Enfin, l’offre est bien présente (entre 2 à 5 % du marché) du côté de Bourdettes, d’Idron, de Serres-Morlaas ou encore de Lons.

Terrains à partir de 50 000 €

Les prix moyens constatés sur place sont orientés à la baisse en 2018. Les acquéreurs ont ainsi déboursé en moyenne 73 000 € pour devenir propriétaires d’une parcelle dans l’agglomération paloise l’an passé. A titre indicatif, c’était 75 000 € en 2017. A l’offre, le tarif moyen d’un terrain à bâtir avoisine dorénavant les 70 000 €, soit 3 000 € de moins en un an. Les évolutions concernant les superficies divergent. Ainsi, la surface moyenne des terrains vendus dans le secteur en 2018 avoisine les 702 m2. Elle s’élevait à 649 m2 un an plus tôt. Celle des parcelles proposées à la vente s’établit désormais autour des 711 m2, en moyenne. Cette surface est en baisse par rapport à 2017 où elle atteignait 738 m2 dans le périmètre étudié. La baisse des prix moyens des terrains constatée l’an passé apparaît principalement liée à l’éloignement croissant des parcelles disponibles vers des secteurs où les tarifs sont plus accessibles. « Sur l’ensemble de l’aire urbaine de Pau, les candidats à l’accession peuvent dénicher des parcelles à bâtir dans une gamme de prix qui démarre autour des 50 000 € et s’élève jusqu’à environ 125 000 € », précise Guillaume Séguy, administrateur de l’OISO (collège terrain à bâtir). Pour mémoire, en 2017, près de 78% des ventes ont été réalisées dans le segment de marché compris entre 50 000 € et 90 000 €. Sans grande surprise, les valeurs apparaissent les plus élevées dans l’immédiate périphérie de Pau. Le tarif moyen de vente d’un terrain à bâtir avoisine ainsi les 125 000 € du côté d’Ousse. Et il dépasse les 112 400 € sur Lons. Il faut également débourser plus de 95 000 € pour s’installer sur la commune de Rontignon. C’est un tout petit peu moins cher sur Idron où le prix moyen acquitté en 2018 flirte avec la barre des 94 000 €. Bon nombre de communes du territoire observé proposent des tarifs intermédiaires. Par exemple, du côté de Saint-Vincent, les parcelles se négocient autour des 75 000 €, en moyenne. Il est possible de réaliser de meilleures affaires à Gan ou à Meillon (67 500 €) ou encore dans le secteur de Nay (60 000 €). Pour dénicher les prix les plus accessibles, il faut accepter de se reporter carrément sur les franges de l’agglomération paloise. Ainsi, à Pontacq, le tarif moyen d’une parcelle dépasse à peine les 56 000 €. On peut même trouver encore plus abordable du côté de Baudreix où le prix moyen des terrains plafonne autour des 53 000 € à l’heure actuelle. Par ailleurs, si les petites surfaces sont plutôt localisées en cœur d’aire urbaine, les grandes superficies sont disséminées aux confins du territoire étudié, comme à Saint-Vincent où les parcelles vendues font en moyenne 1 500 m2.

Copyright ©
OISO